Texte #51 : Les trois directives


D'où nos trois directives issues du discernement :

 

1/ Première directive : chercher la sagesse plutôt que la Justice.

Trop de liens apparentent cette dernière au Souverain bien, dont nous avons déjà eu l'occasion de dénoncer les dangers. Sans parler des violences répressives ou non impliquées par cette dernière. L'équilibre voulu par la Justice est souvent lié à une blessure (parfois très profonde) dont on cherche l'équivalent pour la partie lésée. Une recherche vouée à l'échec car il ne saurait y avoir de véritable équivalence, sinon symbolique. D'autant que la Justice sera toujours liée à un contexte (époque,  société, lois promulguées par des hommes, eux-mêmes pris dans la nasse). Au contraire de la sagesse, comme source d'harmonie. Celle-ci ne sera pas relative et encore moins répressive. Son mode sera le discernement : une visée holistique intuitive et sans préjugé. Par delà le bien et le mal, elle ne cessera de vouloir l'apaisement du sujet, basée sur une juste appréciation des forces mises en jeu. "Dans la boucherie" qui nous inclut, elle visera à enrayer nos idées les mieux ancrées. Elle cherchera à nous libérer des réflexes mal appropriés. Il arrivera même souvent que la sagesse jette une ombre sur la justice stricto sensu (implacable et impérative). Car la justice aussi est volonté de puissance.

 

2/ La seconde directive se déduit de la première : la sérénité face au temps qui s'écoule.

Car, il ne saurait y avoir de sagesse dans l'urgence - plutôt une mise à distance : la force de l'attente. Là, où l'on voudra se précipiter, on s'efforcera de desserrer l'étau. Nos destins se réaliseront sur le long terme. Une perspective peu adaptée à nos sociétés qui nous enjoignent à la vitesse, les réussites rapides et les conquêtes d'un instant. Une pression omniprésente aujourd'hui qui fera trébucher même les meilleurs. Avec pour effet : un burn out, une explosion intime dont les ravages sont bien connus. Besoins fallacieux, carrières échevelées, accumulations et trophées en place d'un écart d'une sortie hors de l'avoir.

 

3/ La troisième directive consistera à préserver (et sonder) une part purement spirituelle et hors matière (le Témoin - Texte 48).

Du spirituel qui ne sera pas a l'image d'un dieu (ou d'un homme), mais plutôt un lieu dont l'humain contiendra le simulacre, une sorte de témoin matérialisé, et inscrit dans le mental. Soit, une instance psychique vouée à la contemplation. On dira : un regard intérieur, détaché, desidentifié, qui nous accompagne telle une ombre. Soit le témoin assidu de nos vies, ou encore : un reflet déformé du Témoin dans l'esprit / situé ailleurs : dans un au-delà des dieux.