Texte#26 : Confer les textes n°13 & n°22


Notre première figure de l'Esprit sera donc la suivante : un Regard transcendant et désincarné.

Le TEMOIN.


Texto #26 : Confer los textos n°13 y n°22


Nuestra primera figura del Espíritu será pues la siguiente: una Mirada transcendental y desencarnada.

El TESTIGO.


Text #26: Confer texts n°13 &n°22


Our first figure of the Spirit will thus be the following one: a transcendent and disembodied Look.

The WITNESS.



Write a comment

Comments: 3
  • #1

    Lea (Friday, 01 November 2013 08:35)

    Comment un Regard par le fait même qu'il soit "Regard" puisse être "désincarné" ? Le regard pose un Esprit donc un Corps. Le TEMOIN est un corps, un humain pas un pur esprit. C'est une quadrature impossible. Sans doute créative. Il serait intéressant de relier cela à l'éthique !

  • #2

    Julien Friedler (Friday, 01 November 2013 08:36)

    Il convient de dire que ce texte en appelle d'autres. Ce qui est ici lancé en deux phrases sera explicité plus longuement par la suite.

  • #3

    Sonia B. (Friday, 01 November 2013 08:36)

    C'est une vaste question qui pique au coeur du bon sens. Evidemment, je ne suis pas Julien Friedler. Je n'ai donc pas les clefs de ce labyrinthe. Mais ce qui m'intéresse dans votre question c'est le rapport à l'éthique. En effet, la construction "éthique" nécessite une collectivité, un élan donc collectif. Et c'est aussi un élan du Boz, une création collective (avec ses particularités individuelles, culturelles ou sociales). C'est l'enjeu de Be Boz Be Art (à découvrir sur le site www.bebozbeart.com).
    Art et éthique se marient d'ailleurs assez bien quand on penche son regard du côté de l'acte créatif. Partout on peut créer même des petites choses et leur accorder ou attribuer une valeur.
    Ainsi naît la possibilité d'un échange qui n'a d'autres règles que le goût, la curiosité, la passion (parfois), on voit cet objet on sait qu'il nous plaît puis on l'emporte plus loin. Il convient donc de créer si ce n'est une éthique, une école de la contemplation. Un lieu où l'ouverture à un Regard rend possible les échanges et donc la circulation des beautés. C'est un peu cela la Vérité du Labyrinthe, un lieu d'échanges contemplatifs où comme le dirait Julien Friedler "le témoin ne peut être incarné tout simplement parce que si il l'était, il serait pris dans la masse".